GUIDE D’ACHATS : BIEN CHOISIR SON CLIMATISEUR

L’été ne dure peut-être pas longtemps chez nous, mais lorsqu’il arrive, il nous surprend souvent avec des périodes de canicules. Or, si on veut apprécier pleinement la belle saison, il faut pouvoir dormir au frais et investir dans un climatiseur. Voici quelques recommandations pour bien choisir le vôtre. 

L'appareil individuel

Si vous souhaitez refroidir un espace précis de votre habitation allant de 300 à 1600 pieds carrés, les appareils individuels sont votre meilleure option et bien moins coûteux qu’un appareil central.

Il en existe trois types :

Le climatiseur de fenêtre

Pour une surface restreinte, il représente une solution pratique et économique.

Les modèles horizontaux sont conçus pour s'ajuster aux fenêtres coulissantes verticales alors que les modèles verticaux sont conçus pour les fenêtres coulissantes horizontales ou à battant.

Les climatiseurs de fenêtre doivent toutefois être réinstallés chaque printemps et entreposés durant la saison froide.

Ils sont aussi souvent plus bruyants que les autres types. Les gammes supérieures se font toutefois plus silencieuses et sont munies d’une télécommande.

Climatiseur de fenêtreClimatiseur de fenêtre

Le climatiseur mural

Le climatiseur mural est plus cher, mais aussi plus silencieux.

Il s’installe de manière permanente dans un boîtier encastré dans un mur extérieur.

Si ce type d’appareil refroidit surtout la pièce où il est placé, il existe des modèles multizones mieux adaptés pour climatiser une maison à étage.

Le climatiseur muralLe climatiseur mural

Le climatiseur portatif

Le climatiseur portatif sur roulettes peut être déplacé là où bon nous semble.

Il nécessite un manchon d’évacuation extérieure de l’air chaud (on doit donc laisser une fenêtre entrouverte en permanence) et une vidange régulière du bac de récupération de l’eau de condensation.

Ce climatiseur est donc bien pratique et silencieux.

Climatiseur portatifClimatiseur portatif

Le climatiseur central

C’est l’appareil à privilégier si on désire rafraîchir de grands espaces. Certains modèles ne sont toutefois destinés qu’aux maisons ne disposant pas de réseau de conduits d’air (chauffage à air pulsé).

Le climatiseur bibloc est muni d’un compresseur et d’un condenseur installés à l’extérieur et d’un ou plusieurs diffuseurs d’air frais placés dans des endroits stratégiques à climatiser. Selon l’appareil, la puissance de climatisation ira de 9 000 à plus de 35 000 Btu/h.

Le plafonnier est quant à lui installé dans l’entretoit et il distribue l’air frais dans différentes pièces via des conduits flexibles placés au plafond. Vu son emplacement, l’entretien de ce type de climatiseur est plus difficile. Il y a aussi risque de condensation dans les conduits. La capacité de refroidissement de cet appareil central va jusqu’à 60 000 Btu/h (soit 5 tonnes).

La thermopompe centrale climatise durant l’été et chauffe durant l’hiver. Plus coûteux, ce système extérieur est aussi plus ou moins bruyant selon l’appareil.

Le climatiseur central à air possède un compresseur situé à l’extérieur de la résidence et il est reconnu comme étant puissant et efficace. Il possède aussi un évaporateur fixé au système de chauffage central d’où l’air frais est distribué par les conduits de ventilation.

Climatiseur centralClimatiseur central

Note : Si vous optez pour un de ces climatiseurs, faites appel à un frigoriste agréé pour l’installation car cet appareil nécessite une isolation totale des conduits et des matériaux résistants aux fortes variations des températures.

Des critères à vérifier

Peu importe le type de climatiseur que vous souhaitez, il y a trois critères importants à considérer :

La puissance. Il vaut mieux opter pour un petit appareil qui fonctionne en continu qu’un très puissant qui arrête et redémarre en permanence, car ce faisant, le taux d’humidité dans votre habitation grimpe à chaque fois qu’il stoppe. Et un taux d’humidité élevé est source d’inconfort. Votre climatiseur doit pouvoir garder un taux d’humidité relative de 30 à 50 %.

L’efficacité énergétique. La performance écoénergétique est sans contredit un critère important. Sur chaque appareil est apposé une étiquette ÉnerGuide qui vous informe de son rendement. La cote SEER (ratio d’efficacité énergétique saisonnier) mesure ce taux de rendement. Plus la cote est élevée, moins la consommation énergétique est grande. Les climatiseurs homologués ENERGY STAR doivent présenter un SEER d’au moins 14, mais on en trouve désormais sur le marché avec un SEER de 21.

Le niveau de bruit. De nombreuses villes et immeubles à logements ont des règlements concernant le niveau de bruit accepté. Au Québec, la plupart des municipalités acceptent les systèmes de climatisation émettant environ 60 décibels (dB), mais certaines permettent jusqu’à 80 dB. Mais si certains modèles émettent aujourd’hui moins de 30 dB, il demeure toutefois impossible de refroidir votre environnement sans bruit. Vérifiez donc le nombre de décibels sur la fiche technique du climatiseur que vous comptez acheter.

Choisir la bonne puissance et le bon endroit 

La capacité de refroidissement est indiquée en BTU (British Thermal Unit) par heure. Il est important de choisir la bonne capacité en BTU de la superficie à refroidir car elle fait référence à la vitesse et à l’efficacité avec laquelle une unité peut rafraîchir un espace donné. Par exemple, si le climatiseur a une capacité en BTU trop faible, il ne pourra rafraîchir efficacement une grande pièce. On estime que 20 BTU permet de refroidir environ un pied carré.

Pour choisir la bonne capacité en BTU, il est aussi important de prendre en considération divers facteurs comme la hauteur du plafond, l’exposition au soleil et l’isolation de la pièce.

Ainsi, pour une pièce très ensoleillée, optez pour un climatiseur ayant 10 % de plus de BTU que ce qui est généralement recommandé pour ses dimensions.

Si votre climatiseur est installé dans la cuisine, ajoutez 4000 BTU aux recommandations d’usage. Dans les pièces familiales, ajoutez 600 BTU de plus par utilisateur.

Pour un climatiseur mural, l’endroit idéal est à environ 2 mètres de hauteur pour une meilleure diffusion de l’air frais.

Quant à l’unité extérieure, évitez de la placer en plein soleil et dans des endroits venteux. Comme elle est légèrement bruyante, il est préférable de la maintenir éloignée de la maison voisine et aussi des fenêtres des chambres. Préférez une installation au sol plutôt qu’au mur pour éviter la sensation de vibration dans les murs.

Choisir la bonne puissance et le bon endroit pour son climatiseurChoisir la bonne puissance et le bon endroit pour son climatiseur

Bien entretenir son climatiseur

On recommande d’inspecter les filtres de chaque appareil après 3 semaines d’utilisation et de les nettoyer au besoin. Pour ce faire, il suffit de les laver avec de l’eau tiède et un savon doux puis de bien les faire sécher avant de les remettre dans le climatiseur.

En plus, il est de mise de procéder à une inspection visuelle deux fois par année, soit au printemps avant l’installation, et à l’automne à la fin de la saison. Vérifiez également si les serpentins du condenseur et de l’évaporateur sont propres ou bourrés de saleté. S’ils sont sales, utilisez une balayeuse à brosse fine, ou même une brosse à dents, pour nettoyer les serpentins. En cas de mauvaise odeur, des produits comme le CLR ou Spray Nine peuvent être dilués dans de l’eau pour nettoyer les serpentins.

Bref, bien renseigné, vous trouverez certainement un climatiseur qui saura répondre à vos besoins, mais en cas de doute, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre marchand BMR local.

Les climatiseurs populaires